Sa degaine !

PP1-page-001
Dessin de Yaya

 

Il est certain que, pour beaucoup de soldats allemands, voir une fille danser à moitié nue était la principale motivation pour sortir le soir. Et pouvoir le faire à Paris était une des récompenses implicites pour les soldats qui se voyaient accorder quelques jours de permission dans la plus belle des villes occupées. Pour dénicher les bons endroits, les soldats pouvaient consulter le Pariser Zeitung, journal en allemand qui indiquait que Tabarin proposait le meilleur spectacle érotique. Et si, pour finir la soirée, ils allaient faire un tour au bordel, cela aussi faisait bien partie du Paris de leurs rêves.

Les plus fameux bordels de la ville, le One Two Two, 122, rue de la Provence, sur la rive droite, et le Sphynx, sur la rive gauche, étaient probablement au-dessus de leurs moyens. Des officiers allemands, des collaborateurs français, des agents clandestins de la Résistance, des affairistes du marché noir et des artistes en tous genres, y compris des femmes, s’y retrouvaient pour boire, bavarder, espionner et prendre du bon temps. (Sans obligation pour le visiteur de recourir aux services sexuels proposés par la maison).

Alan Riding, Et la fête continue : vie culturelle à Paris sous l’Occupation

Anecdote #3

Numériser

      TOUT      

                                n’ est           

                                                            rien

Relativité –  RIEN n’est jamais tout noir ou tout blanc

rien : absence, aucune chose, aucunement, babiole, bagatelle, baliverne, bernique, bêtise, bibelot, bibus, breloque, bricole, brimborion, broquille, broutille, chose, colifichet, des clous, désert, des nèfles, drôlement, fétu, fichaise, fifrelin, foutaise, frivolité, fumée, futilité, gnognotte, goutte, inanité, insignifiance, macache, mie, minutie, misère, néant, niaiserie, non, nul, nulle chose, oualou, pas, peau de zébi, peu de chose, point, poussière, que dalle, rudement, très, vachement, vétille, vide, zéro.

Antonymes : beaucoup, multitude, quelque chose, tout

Tout finit par un rien .Et tout commence par un rien.

–  Papa, je ne sais rien sur tout, pourquoi?

Le père intrigué par cette assemblage de mots, s’interroge sur la suite possible de ce dialogue .

–  Papa, pourquoi ne sais-je rien sur tout?

> savoir

(nom masculin)

Connaissance acquise par l’étude, par l’expérience.

>> expérience

(nom féminin)

Connaissance des choses acquise par l’usage.

En savait-il alors plus que son fils?

>>> fils

(nom masculin)

Un fils est un enfant de sexe masculin d’un parent.

(note de l’auteur : désolé, je m’emporte)

En savait-il alors plus que son fils? Est-ce-que c’est tout?

Texte et dessins de Philippe J.

Numériser 1

Pigalle

Collage de Camilla Pizzichillo

J’habite dans un quartier très balancé,

Aux rues escarpées qui savent monter

J’habite dans un quartier très chaloupé

Là où on sait bien danser sur les tables en bois

Là où au sommet des chaises entassées

L’une dans l’autre en Tour Eiffel on se noie

Au sommet, agiter les bras

On sait grimper bien haut, haut Matelot

Sur la chaise dans la nuit paquebot

Et on crie à la nuit qu’on a encore eu chaud

J’habite dans un quartier aux vitrines roses

Un quartier ou il parait qu’on ose

Tirer la langue bien bas

Aux hommes qui tanguent comme ça

Aux vitrines à cœur cheap

Aux souvenirs en plastiques

Un classé X

Avec des barres de métal dans le sunlight

de lumière rouge rose en rayons laser

Un endroit ou on vend de l’humain pour prendre l’air

dans le petit matin parisien qui se terre.

J’y passe en vélo sous les arbres le matin,

J’y repasse le soir aller chercher ta main.

J’habite dans un endroit ou poussent des Moulins des Sacrés Monuments

et des arbres aussi avec du soleil dedans.

Sophie Beasse