La musica

lino lara cani019
Lara Cani

« Un juke-box sta mentendo

eppure presto farà baciare quei due

come stasera la strada

per un istante non è stata vera

ma in quell’istante l’hanno attraversata. »

 

Milo de Angelis

Tutte le poesie

1969-2015

Imperativo

famiglia028.jpg
« Famiglia » Lara Cani

L’imperativo è un tempaccio,

ci piovono dentro stizza capricci autoreferènzialità.

Tempo grigio da gente che viene

sopportata poi lasciata;

evitata, tradita, detronata, tagliata di testa;

-e se lo merita.

Tempo di chi non ha tempo

per ascoltare

per proporre offrire,

troppo pieno di sé solo pieno

di una vita che prova a controllare

e gli fugge dalle mani come al gatto

-un canarino scaltro.

E’un tamburo sordo l’imperativo,

non fa vibrare alcuna risonanza

uccide ogni possibile dissonanza,

scintilla origine di armonia.

Impera e divide, infatti:

L’Io imperante e il Tu che soddisfi

le mie fantasie di potere.

Che misero imperatore,

in un attimo sovvertito

da un per piacere.

Alice Bologna

Appel à contributions

lino027.jpg

Le collectif CLEBS lance son appel à contributions pour son site!

Le thème est libre, vous pouvez donc aborder tous les sujets qui vous plaisent, du moment qu’ils ont un lien avec notre esprit.  Tout délire est encouragé!

Pour participer: envoie ta proposition avec un titre (ou pas) et ton nom à culturedessinee@gmail.com définition minimum 300 dpi, en JPEG ,pour les images, et au format doc, pour les textes.

Dessin, poésie, collage, photo, bd… tout ce que tu veux tant que ça rentre dans les consignes !

Nous acceptons les contributions en français, en italien et dans toutes les langues si une traduction est proposée par l’auteur.

Pour plus d’infos : culturedessinee@gmail.com

Pourquoi j’ai détesté Bandersnatch

poule lino Raoulette013.jpg
Raoulette

Pendant ces fêtes de Noël, comment ne pas être ravi de pouvoir mater un nouvel épisode de Black Mirror ?

Black Mirror est tellement adapté à la lutte contre cette ambiance d’ennui et de famille qu’est Noël.

J’étais donc enthousiaste à l’idée de me lover dans mes couvertures froides pour cette épisode en plein noël-désert. Et puis il y avait cette idée de choisir; j’ai toujours adoré les Mickeys où il fallait choisir pour continuer l’histoire  !

Mais voilà, grosse déception: l’histoire est pauvre, toutes les fins possibles sont inintéressantes et le spectateur a finalement des choix très limités. Pire que tout, Netflix se permet d’intégrer un des scenarios ce qui ne manque pas de nous sortir définitivement du jeu.

La seule sensation que j’ai ressentie fut une morne lassitude face à l’énormité des choix inutiles à effectuer. Vers la fin, la lumière de l’écran m’a réveillée et j’ai fait un clic automatique pour un énième choix inepte. Voilà comment ça s’est terminé…

Bandersnatch ou comment rater un Noël raté…

 

Rosa Mahleri